Ordre religieux
 1302/2242 résultats | 1299  1300  1301  1302  1303  1304  1305  |          
a  b  c  d  e  f  g  h  i  j  k  l  m  n  o  p  q  r  s  t  u  v  w  x  y  z 

Martinon, Jean

Ordre religieux : S.J.

Lieux d'activité : Bordeaux


Notice biographique
: (Brioude 1586-Bordeaux 1662), ps. Antoine Moraines. Jean Martinon naît à Brioude (Auvergne) en 1586 et meurt à Bordeaux le 5 février 1662. Il entre dans la Compagnie de Jésus en 1604. Après sa formation et un court lectorat de philosophie, il passe l'essentiel de sa carrière au collège de Bordeaux, où il enseigne la théologie pendant une vingtaine d’années, notamment aux côtés de Pierre de Bugis. Il est l’auteur d'un vaste cours de théologie en quatre volumes, publié à Bordeaux en 1644. Il y expose l'ensemble des matières de la théologie selon l'école jésuite, et il deviendra l’une des cibles privilégiée du dominicain bordelais Jean-Baptiste Gonet. Comme son collègue Bugis, Martinon y fait preuve d’une connaissance très précise des derniers développements de la scolastique jésuite espagnole, et connaît bien les œuvres de Pedro Hurtado de Mendoza et de Juan de Lugo en particulier. Dans le débat sur l’origine des possibles (Dieu peut-il créer les hommes parce qu’ils sont possibles en eux-mêmes, ou sont-il possibles parce que Dieu peut les créer ?), il s’oppose à la tendance essentialiste : le non-contradictoire n'a pas sa nécessité par soi, mais à partir de l'entité divine elle-même, qui doit être considérée comme la première racine et origine de la non-contradiction et de la possibilité des créatures (De Deo, disp. 22, s. 3, § 17). Dans son traitement des attributs divin, il critique les positions nominalistes, ce qui lui vaudra d’être longuement critiqué et discuté par Jean Salabert dans sa "Défense de la philosophie nominaliste".
C’est sous le pseudonyme d'Antoine Moraines que Martinon devient véritablement célèbre : il publie en 1652 un vaste "Anti-Jansénius", dédié à Louis XIV, qui constitue alors la plus réfutation la plus complète et la plus argumentée de la position janséniste réalisée par un auteur jésuite. Il y propose à la fois un exposé historique du pélagianisme et du semi-pélagianisme et une interprétation suivie des propositions de l’Augustinus. L’ouvrage est également une remarquable synthèse sur la grâce, le libre-arbitre et les différents états de la nature humaine. Il sera à ce titre l'une des cibles privilégiées, avec son coreligionnaire jésuite Jean Adam, de la célèbre défense d'Augustin composée par Enrico Noris (1631-1704).


Autres sources

  • Philosophistae, sive excepta pauca ex multis libris, thesibus, dictatis theologicis, in quibus scandalosa et erronea philosophismi doctrina nuper damnata, per centum et amplius annos a theologis Societatis Jesu tradita ac per omnes fere Europeae provincias longe lateque disseminata (Louvain, 1691), 8 : reprise des arguments de Martinon sur le péché philosophique.

Bibliographie
  • Sommervogel V (1894), 651-652
  • Schmutz, Jacob, "Martinon, Jean", dans : Dictionary of Seventeenth Century French Philosophers, ed. Luc Foisneau, Bristol - New York, Thoemmes - Continuum, 2008, s.v.

Oeuvres imprimées
  • Martinon, Jean, S.J., Disputationes theologicae quatuor tomis distinctae quibus universa theologia scholastica clare, breviter et accurate explicatur. Tomus prius de Deo et de Angelis, Bordeaux, G. Millange, 1644-1646 [Chambéry BM; Grenoble BM; Namur CDRR; Nancy BM; Rennes BM; Rodez BM]
  • Moraines, Antonin [pseud. de Martinon, Jean, S.J.], Anti-Jansenius. Hoc est selectae disputationes de haeresi pelagiana et semipelagiana deque variis Statibus naturae humanae et de gratia Christi salvatoris, Paris, Sébastien Cramoisy, 1652 [Amiens BM; Angers BM; Avignon BM; Beaune BM; Besançon BM; Dijon BM; Grenoble BM; Namur CDRR; Nancy BM; Paris CSèv, BNF; Poitiers BM; Rennes BM, BU; Versailles BM]

 

 

 1302/2242 résultats | 1299  1300  1301  1302  1303  1304  1305  |          
a  b  c  d  e  f  g  h  i  j  k  l  m  n  o  p  q  r  s  t  u  v  w  x  y  z