Ordre religieux
 548/2242 résultats | 545  546  547  548  549  550  551  |          
a  b  c  d  e  f  g  h  i  j  k  l  m  n  o  p  q  r  s  t  u  v  w  x  y  z 

Del Rio, Martín Antonio

Ordre religieux : S.J.

Lieux d'activité : Douai, Liège, Graz, Salamanque, Louvain


Notice biographique
: (Anvers 17.V.1551 - Louvain 19.X.1608). Théologien, jurisconsulte et historien, né à Anvers de parents espagnols. Enfant précoce et studieux, il étudia au collège de Lierre, alors florissant, les langues classiques qu'il posséda parfaitement, ainsi que l'hébreu et le chaldéen. Il parlait aussi selon ses biographes le flamand, le français, l'espagnol, l'italien et le français. Il étudia ensuite à Paris au collège des trois langues ou collège de France (sous le maître d'éloquence Denys Lambin) puis au collège de Clermont sous Juan Maldonado. Eléve de l'université de Douai que Philippe II venait de fonder, puis de l'université de Louvain où il gagna l'affection de Juste Lipse, il se passiona pour les travaux d'érudition. Juste Lipse cite avec admiration le fait que le jeune étudiant avait étudié et annoté plus de 1100 auteurs. Bachelier en droit civil dès 1570, il publia aussitôt des notes sur Solin, sur Claudien et sur Sénèque le le Tragique, qui attirèrent sur lui l'attention des humanistes. Docteur en droit de l'Université de Salaanque, en 1574, il fut nommé presque aussitôt par le roi d'Espagne membre du conseil de Brabant, où sa science du droit lu mérita d'être promu dès l'âge de 28 ans aux fonctions de vice-chancelier et de procureur général. A la mort de Don Juan de Austria, dégoût du monde, il envoya au roi sa démission de toutes ses charges et entra dans la Compagnie de Jésus à Valladolid le 9 mai 1580. Après avoir étudié la philosophie, la théologie et l'Ecriture Sainte à Mayence, il fut nommé professeur de théologie à l'université de Douai, puis chargé du cours de philosophie morale au collège de Liège. Il y entretint une correspondance active avecJuste Lipse, alors à Leyde, qu'il parvint alors à convertir au catholicisme. Nommé ensuite professeur d'Ecriture sainte à Graz dans la nouvelle université, il prend la route de Mayence et trouve le temps d'éditer dans cette ville les Aenigmata de saint Adhelme. A Graz, il commence par se faire recevoir docteur en théologie et ouvre son cours d'exégèse qui lui attire avec un glorieux renom la faveur croissante des archiducs d'Autriche. Après avoir édité son commentaire sur le Cantique des Cantiques, il est appelé à Salamanque comme professeur d'exégèse, puis envoyé de nouveau en Belgique où il arriva gravemnt malade et mourut à Louvain. Il est principalement connu pour son oeuvre exégétique mais aussi pour ses traités sur la magie et les sorts.


Bibliographie

  • Rosweyde, Heribert, Martini Antonii Del-Rio Vita breui commentariolo expressa, Anvers, 1609
  • DThC IV (1920), 262-263 (P. Bernard)
  • Sommervogel V, 1894-1905
  • Devigne, M., in Collection des mémoires relatifs à l'histoire de Belgique Mémoires de Martin-Antoine del Rio sur les troubles des Pays-Bas durant l'administration de Don Juan d'Autriche (1576-1578), 3 vol. (Bruxelles 1869-1871)
  • Reiffenberg, De Justi Lipsii vita et scriptis (Bruxelles, 1823)
  • Bayle, Pierre, Réponses aux questions d'un provincial, vol. III, 235-238

Oeuvres imprimées
  • Del Rio, Martin Antonio, In Canticum Canticorum Salomonis commentarius litteralis et catena mystica, Parisiis, Pierre Chevalier, 1609 [Princeton UL, googlebooks]
  • Del Rio, Martín Antonio, Disquisitionum magicarum libri sex, editio quinta in Germania, Coloniae Agrippinae, Sumptibus Petri Henningii, 1657 [Lausanne BU, googlebooks]

 

 

 548/2242 résultats | 545  546  547  548  549  550  551  |          
a  b  c  d  e  f  g  h  i  j  k  l  m  n  o  p  q  r  s  t  u  v  w  x  y  z