Ordre religieux
 459/2242 résultats | 456  457  458  459  460  461  462  |          
a  b  c  d  e  f  g  h  i  j  k  l  m  n  o  p  q  r  s  t  u  v  w  x  y  z 

Contenson, Vincent

Ordre religieux : O.P.

Lieux d'activité : Montauban, Toulouse, Albi, Paris


Notice biographique
: (Auvillar/Tarn et Garonne 1641-Creil/Oise 26.XII.1674), aussi Guillaume de Contenson. Dominicain français originaire de Guyenne, mort très jeune après avoir laissé une oeuvre considérable. Il commença ses études au collège des Jésuites de Montauban (1649-1655), se présenta dans cette ville à l'ordre des prêcheurs (1655) mais dut fuir sous la pression de son père (lui-même docteur en droit et bachelier en théologie) qui ne voulut pas le voir entrer en religion. Il se retira au couvent de Toulouse en 1656 et y fit profession le 2.II.1657. Il y parcourut le cycle ordinaire des études théologiques. A l'âge de 24 ans, il fut envoyé à Albi pour y occuper la chaire publique de philosophie (1664-1665), et mena nombre de controverses avec les protestants, fort actifs dans cette région de la France. Il fut ensuite rappelé à Toulouse, où il enseigna la théologie (1666), brièvement chargé de mission à Rome (fin 1666-1667), et assigné au couvent réformé de Saint Honoré de Paris. Il s'adonna alors à la prédication dans toute la France (Bordeaux, Rennes, Beauvais, etc.). D'une santé fragile, il mourut d'épuisement après les prêches de l'avent à Creil, et il fut enterré à l'Eglise de Creil. Son grand et unique ouvrage fut sa Theologia mentis et cordis. C'est un traité très complet de théologie thomiste, comprenant tant des considérations dogmatiques, métaphysiques, ascétiques et mystiques. Son mérite est d'avoir uni dans un traité de théologie spéculative à la fois les exigences de la technique théologique aux élévations pieuses, afin de parvenir ainsi à "ex scholasticis spinis pietatis rosas ex professo collegere". Il semble s'être inspiré à la fois de la Théologie affective de Louis Bail (Paris, 1638-1650) et du Traité des séminaires de A. Godeau (Aix-en Provence, 1660). En théologie morale, il s'attaque au probabilisme, dans la lignée des dominicains de Toulouse comme Pierre Labat, Jean-Baptiste Gonet et Vincent Baron, ce qui fit qu'il fut souvent rangé au nombre de rigoristes et tutioristes. Il eut une position plus conciliante à l'égard du jansénisme, bien qu'il ait accepté la condamnation des cinq propositions, pensant que celles-ci n'ont pas dans l'Augustinus le sens qu'on leur a attribué..


Autres sources

  • Proposiciones sometidas a la censura en el libro "Theologia mentis et cordis" (Lugduni, 1687) del P. Vicente Conteson, O.P., Madrid BNE, Ms. 8315, f. 72-92v

Bibliographie
  • Quétif-Echard, Scriptores Ord. Praedicat. (Paris, 1719), I, 656-657, 770; & DThC III, 1631-1633 [R. Coulon]; & DSp II (1953), 2193-2195 [I. Colosio / M.-H. Laurent]; & Bezaudun, Une gloire dominicaine: Histoire du T.R.P. de Contenson (Montauban, 1863); & R. Coulon in DThC III (1908), 1631-1633; & Santo Burgio, Teologia barocca. Il probabilismo nell'epoca di Filippo IV (Catane, Società di Storia Patria per la Sicilia Orientale, 1998), 171-180.

Oeuvres imprimées
  • Contenson, Vincent, Theologia mentis et cordis seu speculationes universae doctrinae sacrae, Lyon 1668-69; Lyon, Pierre Borde, Jean et Pierre Arnaud, 1687 [Lyon BM] ; Cologne 1687; Venise 1727; Cologne 1722; Venise 1787; Turin 1768; Paris 1874-75; 1886

 

 

 459/2242 résultats | 456  457  458  459  460  461  462  |          
a  b  c  d  e  f  g  h  i  j  k  l  m  n  o  p  q  r  s  t  u  v  w  x  y  z