Ordre religieux
 322/2242 résultats | 319  320  321  322  323  324  325  |          
a  b  c  d  e  f  g  h  i  j  k  l  m  n  o  p  q  r  s  t  u  v  w  x  y  z 

Cally, Pierre

Lieux d'activité : Caen


Notice biographique
: (1630-1709) Il enseigna l'éloquence et la philosophie à l'université de Caen, dont il fut également recteur, et curé à la paroisse Saint Martin. Il se range parmi les cartésiens qui utilisent la physique cartésienne pour aborder la question du dogme eucharistique. Dans son Institutio de 1674, il soutenait l'identité de la substance et de l'étendue, expliquant que l'étendue, dans ses trois dimensions, est essentielle au corps. La faculté de théologie de Caen avait fait interdire en 1677, par décrêt, l'enseignement du cartésianisme à l'université. Pierre-Daniel Huet, qui l'avait pourtant initié à la philosophie cartésienne, lui reproche d'infecter la théologie avec la philosophie (Commentarium de rebus ad eum pertinentibus, La Haye, 1718), et après la publication de sa propre Censura philosophiae cartesianae (1689), la rupture entre les deux hommes est consommée. Il fut accusé par l'intendant de Gourgues d'avoir favorisé les Protestants et publié ouvertement la doctrine de Descartes. Il fut alors exilé à Moulins par lettre de cachet en 1687. En 1700, il publie de façon anonyme (et fictivement à Cologne) un Durand commenté pour répondre au livre du jésuite Louis Le Valois (ps. Louis de La Ville, Sentiments de M. Des Cartes touchant l'essence et les propriétés du corps, opposés à la doctrine de l'Eglise et conforme aux erreurs de Calvin, sur le sujet de l'Eucharistie, avec une Dissertation sur la prétendue possibilité des choses impossibles, Paris, 1680). Il y expose et défend la doctrine cartésienne de l'eucharistie, telle qu'elle est présentée dans les lettres au P. Mesland, alors que le jésuite La Valois avait déclaré qu'en refusant la doctrine des accidents absolus, les cartésiens avaient une attitude semblable à celle de Luther et de Calvin. Cally refuse ces reproches et montre que la doctrine des accidents absolus est semblable à celle de Luther et donc incompatible avec celle de l'Eglise. L'évêque de Bayeux le censure le 30 maris 1701 et le condamne à une rétractation publique. L'évêque de Bayeux avait sur cette question consulté Bossuet, qui sans se référer à Descartes, et en faisant des réserves sur la doctrine de Cally, vante ses qualités personnelles de bonté et de discipline (cf. Bossuet, Correspondance, t. XI, p. 294, lettre 247).


Bibliographie

  • G. Vattier, "La doctrine cartésienne de l'eucharistie chez Pierre Cally", Annales de philosophie chrétienne, décembre 1911-janvier 1912, 274-296, 380-409; & Michel Adam, L'eucharistie chez les penseurs français du XVIIe siècle (Hildesheim, 2001), 73-74.

Oeuvres imprimées
  • Institutio philosophiae, 2 vol. (Caen, 1674); 2e éd. Universae philosophiae institutio (Caen, 1695).
  • Primum philosophiae perficiendae rudimentum, anthropologia sive tractatus de homine (Caen, 1683).
  • Durand commenté ou l'accord de la philosophie avec la théologie touchant la transubstantiation (Cologne [en réassé Caen], 1700).

 

 

 322/2242 résultats | 319  320  321  322  323  324  325  |          
a  b  c  d  e  f  g  h  i  j  k  l  m  n  o  p  q  r  s  t  u  v  w  x  y  z