Ordre religieux
 845/2242 résultats | 842  843  844  845  846  847  848  |          
a  b  c  d  e  f  g  h  i  j  k  l  m  n  o  p  q  r  s  t  u  v  w  x  y  z 

Godínez (Wadding), Miguel (Michael)

Ordre religieux : S.J.

Lieux d'activité : México (Colegio Mayor de San Pedro y San Pablo), Puebla (Colegio de San Jeronimo), Guatemala (Colegio de San Lucas)


Notice biographique
: *Waterford [Irlande, c. 1586], †Mexico 12.XII.1644. Célèbre missionnaire jésuite d’origine irlandaise, issu de la célèbre famille de Wadding de Waterford (Irlande), mais plus connu sous la version hispanisée de son nom, «Godínez», aussi parfois orthographié Wadingo ou Gooding. Frère de Peter Wadding et Luke Wadding, également jésuites. Envoyé par ses parents sur le continent pour faire son éducation (sa famille était ruinée par les persécutions d’Isabelle Ière) : études au Séminaire irlandais de Lisbonne, puis au Collège Saint Patrick de Salamanque, où il entre dans la Compagnie de Jésus le 18.IV.1609 (Salamanque). Après une première année de noviciat à Villagarcía, il demande à être envoyé en mission en Nouvelle Espagne : avec 10 autres missionnaires, il quitte Cádiz le 29.VI.1610 vers Veracruz au Mexique. A partir de ce moment, il se fait nommer «Godínez». Au Mexique, il poursuit ses études de philosophie (1613-16) puis de théologie (1616-19) au Colegio de San Pedro y San Pablo de Mexico. Après sa troisième probation, il est envoyé à Sinaloa, où il travaille parmi les Indiens Tepehuanes (1620-26), Conicaris et autres. Il enseigne ensuite la philosophie au Colegio de San Ildefonso (Mexico) et au Colegio San Jerónimo de Puebla, dont il est aussi recteur (1628-31), puis la théologie au Colegio Mayor de México (1631-32). Après un an à la Maison Professe de Mexico, il est à nouveau recteur du Colegio de San Jerónimo de Puebla (1633-38) et du Colegio de San Lucás de Guatemala (1638-43). Il revient alors au Colegio Mayor de México comme Préfet des Etudes, mais meurt un an plus tard (1644). Il est surtout connu dans l’histoire de la spiritualité pour sa Práctica de la Teología mística, qui connut de très nombreuses éditions. Traduit en latin par Manuel Ignacio de la Reguera, son texte forme la base de la «Praxis theologiae mysticae» (Rome, 1740-45), un des manuels les plus influents du XVIIIe siècle.


Bibliographie

  • DHCJ II (2001), 1762-1763 (M. Ruiz Jurado)

 

 

 845/2242 résultats | 842  843  844  845  846  847  848  |          
a  b  c  d  e  f  g  h  i  j  k  l  m  n  o  p  q  r  s  t  u  v  w  x  y  z