Ordre religieux
 902/2242 résultats | 899  900  901  902  903  904  905  |          
a  b  c  d  e  f  g  h  i  j  k  l  m  n  o  p  q  r  s  t  u  v  w  x  y  z 

Grynaeus (Grynäus), Simon

Lieux d'activité : Pforzheim, Budapest, Heidelberg, Wittenberg, Tübingen, Bâle


Notice biographique
: *Veringendorf 1493-1494, †Bâle 1.VIII.1541. Fils d’un paysan de Souabe, Jacob Gryner, il prend le nom de Grynaeus, évocation de l’épithète du dieu Apollon dans la poésie de Virgile. Condisciple du jeune Philipp Melanchthon au séminaire de Pforzheim. Il étudie ensuite la théologie l’Université de Vienne. Nommé recteur d’une école à Buda, il devient suspecté d’hérésie protestante par les dominicains, qui le font jeter en prison. Libéré grâce à l’intercession de nobles hongrois, il se réfugie à l’université réformée de Wittenberg, alors dirigée par son ami Philipp Melanchthon. Il obtient la chaire de grec de l’Université d’Heidelberg (1524), puis celle de latin (1526). Ses positions sur l’eucharistie provoquent des disputes avec ses collègues catholiques. En 1529, le réformateur Johannes Oekolampad (Oecolampade) l’invite à s’établir à Bâle. C’est dans l’abbaye de Lorsch que Grynaeus découvre les manuscrits de cinq livres inconnus des histoires de Tite-Live, qu’il recopie et confie au célèbre imprimeur bâlois Froben pour son édition de Tite-Live (1531). A l’Université de Bâle, Grynaeus enseigne sur la philosophie d’Aristote, et publie plusieurs commentaires importants, dont un traité «du monde», et produit aussi la première édition imprimée du texte grec des Eléments d’Euclide (1533). Il traduit à la demande d’Erasme une homélie de Jean Chrysostome sur la 1ère épître aux Corinthiens (1530). Recommandé par Erasme à Thomas More, il séjourne en 1531 en Angleterre à la recherche de manuscrits. Il revient à Bâle, pour assister aux derniers jours de son ami Oekolampad (24.XI.1531). A partir de cette date, il enseigne aussi la théologie à l’Université de Bâle, se consacrant à l’exégèse du Nouveau Testament. En 1534, le duc Ulrich VI de Württemberg l’appelle dans son fief pour y propager la réforme et refonder l’Université de Tübingen, ce qu’il fait avec l’aide d’Ambrosius Blarer de Constance. En 1536, il est l’un des rédacteurs de la Confession helvétique, et participe aux conférences appelant les Suisses à souscrire à la Concorde de Wittenberg (1536). Mandaté par l’Eglise de Bâle lors de la Diète de Worms (1540), il y est le seul représentant des églises réformées. Il est emporté à Bâle par l’épidémie de peste noire à l’été 1541.


Bibliographie

  • Pantin, Isabelle, "La lettre de Melanchthon à Simon Grynaeus : Avatars d'une défense de l'astrologie in Divination et controverse religieuse en France au XVIe siècle", Cahiers V. L. Saulnier 4 (1987), 85-101

Oeuvres imprimées
  • Grynaeus, Simon, De Mundo Aristotelis et Scholion doctissimum in Aristotelis libellum de Mundo, Basel, Johannes Walder, 1533
  • Grynaeus, Simon, Aristotelis. De virtutibus libellus plane aureus, Basel, Robert Winter, 1539
  • Grynaeus, Simon (ed.), Στοικειον βιϐλιον ...in Euclidis Geometriae elementa Græca. Adiecta præfatiuncula in qua de disciplinis mathematicis nonnihil, Basel, Johann Herwagen, 1533
  • Margolin, Jean-Claude, «Science et philosophie chez Simon Grynaeus», in : Image de l’homme. L’Allemagne au XVIe siècle, Nancy, 1994, 137-155

 

 

 902/2242 résultats | 899  900  901  902  903  904  905  |          
a  b  c  d  e  f  g  h  i  j  k  l  m  n  o  p  q  r  s  t  u  v  w  x  y  z