Ordre religieux
 137/2242 résultats | 134  135  136  137  138  139  140  |          
a  b  c  d  e  f  g  h  i  j  k  l  m  n  o  p  q  r  s  t  u  v  w  x  y  z 

Baius (de Bay), Michel

Lieux d'activité : Louvain


Notice biographique
: (Melun [Hainaut belge] 1513 - Louvain 16.IX.1589), Michel de Bay, plus connu sous sa forme latinisée de Baius, peut être considéré comme le plus célèbre théologien de l'Université de Louvain de la seconde moitié du XVIe siècle. Formé dans différents collèges de l'Université de Louvain, il obtient une formation solide en rhétorique classique, lettres, philosophie et théologie chrétienne. Nommé principal du collège de Standonk de l'Université de Louvain (1541), professeur de philosophie au collège de Standonk (1544-1550). Docteur en théologie (1550), et président du collège dit du Pape (1550), récemment fondé par le Adrien VI (1459-1523, pape en 1522), ancien élève de l'Université. Suppléant du professeur d'Ecriture Sainte (car son titulaire était au Concile de Trente), puis titulaire à la mort de ce dernier. Ami proche de Jan Hessels (1522-1552). Profitant de l'absence de différentes grandes figures de l'Université qui s'étaient rendues au Concile de Trente (Ruard Tapper, Josse de Ravestyn), Baius et Hessels introduisent de nouvelles méthodes d'enseignement en théologie. Ses positions sont officiellement condamnées dans la bulle "Ex omnibus afflictionibus" le 1.X.1567 par le pape Pie V (1504-72, élu le 7.I.1566). On rapporte que lorsque la Bulle fut enterinée à l'Université de Louvain, Baius y souscrivit (en larmes, dit-on). En 1570, à la mort de Ravesteyn qui avait pourtant mené la lutte contre lui, c'est Baius qui est élu doyen de la Faculté de Théologie, ce qui démontrer l'énorme estime dont il jouissait auprès de ses collègues en dépit de sa condamnation extérieure. Des rumeurs furent alors aussitôt colportées par ses adversaires, poussant Baius à se défendre au moyen d'une "Explicatio articulorum". Néanmoins, il continua d'accepter la condamnation : sa magnanimité aida sa carrirère, puisqu'il devient rapidement Vice-Chancelier de l'Université, doyen de la collégiale Saint-Pierre et conservateur des privilèges de l'Universitaire. Il s'engagea fortement dans la politique et les finances de l'Université, arrangea notamment des donations importantes pour le Collège du Pape. En 1579, le successeur de Pie V, Gregoire XIII (1502-85, élu le 13.V.1572) confirma la condamnation de son prédecesseur dans la bulle "Provisionis nostrae", et c'est le théologien jésuite d'origine espagnole Francisco de Toledo, présent alors à Rome, qui fut chargé de transmettre en personne la bulle à Louvain en la lisant devant toute la Faculté de Théologie le 21.III.1580; la soumission de Baius est conservée dans un document intitulé "Confessio Michaelis Baii", dans lequel il confesse que toutes les propositions sont "justes et légitimes". Les rumeurs de son absence d'orthodoxie continuèrent pourtant : Grégoire XIII charge alors le nonce de Cologne et l'archevêque de Malines Jean Hauchlin (1527-89, successeur de Granvelle) de mettre un terme définitif à l'affaire. Ils exigèrent alors que la Faculté de Théologie composât un "Corpus doctrinae", qui fut rédigé par le professeur de théologie Jean de Lens (Joannes Lensaeus), sous le titre de "Doctrinae eius" (1586). Ce document allait rester très important pour l'évolution future de la théologie louvaniste, comme une sorte de base doctrinale, encore invoquée lors des grandes querelles jansénistes au XVIIe siècle. Parmi les adversaires de Baius à Louvain, on trouve en particulier le jeune jésuite Roberto Bellarmino, qui passa sept ans dans les Flandres (1569-76) et qui enseigna au collège jésuite de la ville. Bellarmin attaque en particulier les positions de Baius sur la grâce et le libre-arbitre. A la fin de sa vie, la santé de Baius décline, et la plupart de ses responsabilités sont reprises par son neveau, Jacques de Bay (Baius, 1545-1614).


Bibliographie

  • Le Bachelet, Xavier-Marie, S.J., "Baius", dans: DThC, vol. t. II (1905), 38-111
  • Stone, Martin W.F., «Michael Baius (1513-1589) and the Debate on 'Pure Nature": Grace and Moral Agency in Sixteenth-Century Scholasticism», dans: Moral Philosophy on the Threshold of Modernity, Kraye, Jill; Saarinen, Risto (éds), Dordrecht : Kluwer, 2005, 51-90
  • Vanneste, Alfred, «Le 'De prima hominis justitia' de M. Baius. Une relecture critique», dans: L'augustinisme à l'ancienne faculté de théologie de Louvain, Kenis, Leo; Lamberigts, Mathijs (éds), Leuven : Leuven University Press, 1994, 123-166
  • Vanneste, Alfred, «Nature et grâce dans la théologie de Baius», dans: Facultas S. Theologiae Lovaniensis (1432-1797). Bijdragen tot haar Geschiedenis, Van Eijl, Edmond (éd.), Leuven : Leuven University Press, 1977, 327-350
  • Kaiser, Alfred, Natur und Gnade im Urstand. Eine Untersuchung der Kontroverse zwischen Michael Bajus une Johanne Martínez de Ripalda, München : Max Hueber Verlag, 1965
  • Grossi, Vittorino, O.E.S.A., Baio e Bellarmino interpreti di S. Agostino nelle questioni del soprannaturale, Roma : Studium Theologicum Augustinianum, 1968
  • Galeota, Gustavo, S.J., Bellarmino contra Baio a Lovanio. Studio e testo di un inedito bellarminiano, Roma : Herder, 1966
  • Alfaro, Juan, S.J., «Sobrenatural y pecado original en Bayo», Revista española de Teología 46(1952), 3-75
  • Lubac, Henri de, S.J., Surnaturel. Etudes historiques, Paris : Aubier-Montaigne, 1946
  • Lubac, Henri de, S.J., Augustinisme et théologie moderne, Paris, Aubier-Montaigne, 1965
  • Colombo, Giuseppe, «M. Baio e il soprannaturale», Scuola cattolica 93(1965), 299-330
  • Roca, M., «Documentos inéditos en torno a Miguel Bayo (1580-1582)», Anthologica Annua 1(1953), 303-476
  • Roca, M., «La censuras de la universidades de Alcalá y Salamanca a las proposiciones de Miguel Bayo y su influencia en la bula ‘Ex omnibus afflictionibus’», Anthologica Annua 3(1955), 711-813
  • Van Eijl, Edmond J.M., «L'interprétation de la bulle de Pie V portant condamnation de Baius», Revue d'histoire ecclésiastique 50(1955), 489-542
  • Van Eijl, Edmond J.M., «Les censures des universités d'Alcalá et de Salamanque et la censure du pape Pie V contre Michel Baius (1565-1567)», Revue d'histoire ecclésiastique 48(1953), 719-776
  • Van Eijl, Edmond J.M., «Der Bajanismus und die Minderbrüder in den Niederlanden, 1550-1590», Franziskanische Studien 40(1958), 227-238, 273-293
  • Van Eijl, Edmond J.M., «L'oraison funèbre de Michel Baius prononcée par Jacques de Bay», Augustiniana 12-13(1962-1963), 100-114
  • Van Dooren, Jan Pieter, Bichael Baius. Zijn leer over de mens, Assen : Van Gorcum, 1958
  • Linsenmann, Franz-Xaver, Michael Baius und die Grundlegung des Jansenismus, Tübingen : Lupp, 1867
  • Jansen, François-Xavier, Baius et le baïanisme, Louvain : Museum Lessianum, 1927
  • Aldama, José A. de, S.J., «Bayo y el estado de la naturaleza pura, a través de la refutación bayana de Ripalda», Salmanticensis 1(1954), 50-71
  • Claeys Bouuaert, Ferdinandus, «La soumission de Michel Baius fut-elle sincère ?», Ephemerides Theologicae Lovanienses 20(1954), 457-464
  • Biersack, Manfred, «Bellarmin und die 'Causa Baii'», dans: L'augustinisme à l'ancienne faculté de théologie de Louvain, Kenis, Leo; Lamberigts, Mathijs (éds), Leuven : Leuven University Press, 1994, 167-178
  • Boissard, E., «Note sur les sens 'propre et rigoureux' de certaines propositions de Baius», Revue de sciences religieuses 36(1962), 140-153

Manuscrits
  • Baius (de Bay), Michel, Commentarius super finem secundi et tertium libri Sententiarum, quos M.N. Joannes Hessels a Lovanio, morte preventus, exponere non potuit (Université de Louvain, 1566), cop. Joannes Carrius, Douai BM, Ms. 480, item 2, f. 118-204.

Oeuvres imprimées
  • Baius, Michael, Opuscula omnia priore impressione edita, cum aliquot alijs hactenus non visis, quorum catalogus sequens pagella indicabit, Louvain, apud Ioannem Bogardium, 1566 [Paris, Saulchoir, 351E3]

 

 

 137/2242 résultats | 134  135  136  137  138  139  140  |          
a  b  c  d  e  f  g  h  i  j  k  l  m  n  o  p  q  r  s  t  u  v  w  x  y  z