Ordre religieux
 2175/2242 résultats | 2172  2173  2174  2175  2176  2177  2178  |          
a  b  c  d  e  f  g  h  i  j  k  l  m  n  o  p  q  r  s  t  u  v  w  x  y  z 

Wadding, Luke

Ordre religieux : O.F.M. Obs.

Lieux d'activité : Rome


Notice biographique
: (Waterford/Irlande 1588 - Rome 1657). Luke Wadding OFM - à ne pas confondre avec son homonyme Luke (Lucas) Wadding SJ, quasiment inconnu - est certainement le plus célèbre des nombreux Wadding émigrés en Europe, en raison de son travail monumental d'éditeur des Oeuvres de Duns Scot et pour ses annales de l'ordre. Son frère Ambrose Wadding est jésuite et professeur à Dillingen, comme ses cousins Peter Wadding SJ (à Louvain, Prague et Graz) et Michael Wadding SJ, et un autre cousin est augustin, Richard Wadding OESA. Comme beaucoup de ses compatriotes, il est forcé par les événements politiques de se réfugier sur la péninsule ibérique. Il commence ses études au Collège des Irlandais de Lisbonne, tenu par les jésuites, où il ne reste que six mois. Il entre dans l'ordre franciscain au Couvent de l'Immaculée Conception à Porto (Matosinhos) et fait sa profession solennelle en 1605. Il poursuit ses études au séminaire de l'ordre à Leiria, au nord du Portugal. Il poursuit ensuite ses études à Lisbonne à Coimbra, où il pouvait fréquenter les cours du franciscain Diogo da Lima (Didacus Limadensis, OFM) au collège de Saint Bonaventure mais aussi ceux de Francisco Francisco Suárez et Ægidius a Praesentatione, O.S.A. à l'Université. Ordonné prêtre en 1613. Il commence à enseigner lui-même à Lisbonne puis au Collège de San Francisco des Irlandais à Salamanque pour une courte période (1618). Sa carrière prend un grand tournant en 1618 : le roi d'Espagne Philippe III le nomme comme théologien auprès de l'ambassade qu'il envoie au pape Paul V pour promouvoir la doctrine de l'Immaculée Conception, en compagnie de Antonio de Trejo OFM, évêque de Cartagena et vicaire-général de l'ordre, dont Wadding avait jusqu'alors été le protégé. Ils quittent la cour espagnole le 1.X.1618 et arrivent à Rome le 17.XII.1618. Wadding passe alors beaucoup de temps dans les bibliothèques romaines, et visite également Naples, Assise, Pérouse et d'autres villes dans le but d'accumuler des matériaux historiques, d'abord sur l'Immaculée, mais ensuite pour beaucoup d'autres choses, et il rédige lui-même un compte-rendu (Acta legationis). Il est alors en correspondance avec Florence Conry, l'archevêque de Tuam exilé à Louvain. En 1620, alors que Trejo repartait pour l'Espagne, Wadding reste à Rome afin d'assister le nouveau chargé d'affaires comme conseiller théologique, et trois opuscules sur la rédemption, le baptême et la mort de la Vierge naîtront de ces travaux (publiés seulement en 1655 et 1656). Il n'allait plus jamais quitter Rome : en 1625, il est le fondateur du Collège de Saint Isidore pour les franciscains (avec une bulle spéciale d'Urbain VIII, 20.X.1625). Il y fait venir certains des meilleurs théologiens irlandais de l'exil, comme Anthony Hickey (Hiquaeus), Patrick Fleming, John Punch (Ponce, Pontius) et Martin Walsh, et se met en peine de constituer une bibliothèque d'imprimés et de manuscrits. En 1628, il fonde un autre collège, avec le soutien du cardinal Ludovisi, protecteur de l'Irlande, dit "Collegium Ludovisianum" pour les prêtres séculiers irlandais (mais dont l'administration sera transférée aux jésuites en 1635). C'est au sein du Collège Saint Isidore qu'il entreprend de grands travaux : Wadding fait de nombreuses recherches sur saint François ainsi que sur l'ordre des frères mineurs (Annales Ordinis Minorum), mais c'est surtout sa monumentale édition de l'oeuvre de Jean Duns Scot (à partir de 1639) qui lui assure la célébrité. Cette édition inclut les commentaires de Francesco Lechetto (Lychetus), ainsi que de deux autres scotistes irlandais du début du XVIIe siècle, Anthony Hickey (Hicquaeus) et Hugh McCaghwell (Cavellus). A Rome, Luke Wadding prend part à de nombreuses consultations: il est notamment l'un des consulteurs lors de la condamnation de Jansénius (1651). Par ses réseaux et le respect dont il jouissait, il est bien entendu aussi le principal défenseur des intérêts irlandais auprès de la Curie et joue un grand rôle également dans l'histoire politique.


Autres sources

  • Wadding, Luke, O.F.M., Lettre à Gaspar de la Fuente (Rome, tertio nonas I.1631), dans : Fuente, Gaspar de la, O.F.M.Obs., Quaestiones Dialecticae et Physicae ad Mentem Subtilissimi Doctoris Joannis Duns Scoti, Lyon, 1631

Bibliographie
  • López, Atanasio, «Correspondencia epistolar de Wadding con el P. Fr. Jerónimo de San José, carmelita», Archivo Ibérico-Americano 15(1921), 219-225
  • Franciscan Fathers Dún Mhuire Killiney (éds), Father Luke Wadding. Commemorative Volume, Dublin, 1957
  • Mooney, Carice, «The Writings of Father Luke Wadding, OFM», Franciscan Studies 18(1958), 225-239
  • McKenna, Antony, «Wadding, Luke (1588-1657)», dans: Lesaulnier, Jean ; McKenna, Antony (dir.), Dictionnaire de Port-Royal, Paris : Honoré Champion, 2004, 1013
  • Dominique de Caylus, O.F.M.Cap., Merveilleux épanouissement de l'école scotiste au XVIIe siècle, Paris : s.n., 1910, 11-38
  • Casolini, F., Luca Wadding OFM, l'annalista dei francescani, Milano : Vita e Pensiero, 1936
  • Castro y Castro, Manuel, O.F.M., "El analista P. Lucas Wadding, OFM (1588-1657) y sus relaciones con la Peninsula Ibérica", Salmanticensis 5 (1958), 107-162
  • Broggio, Paolo, La teologia e la politica. Controversie dottrinali, Curia romana e Monarchia spagnola tra Cinque e Seicento, Firenze, Leo S. Olschki, 2009, 183-190, 208, 212

Manuscrits
  • Wadding, Luke, Opuscula B. P. Francisci Assisiatis collecta, tribus tomis distincta, Notis et Commentariis illustrata (s.d.), Salzburg, Franziskanerkloster, Ms. 215

 

 

 2175/2242 résultats | 2172  2173  2174  2175  2176  2177  2178  |          
a  b  c  d  e  f  g  h  i  j  k  l  m  n  o  p  q  r  s  t  u  v  w  x  y  z