Ordre religieux
 1944/2242 résultats | 1941  1942  1943  1944  1945  1946  1947  |          
a  b  c  d  e  f  g  h  i  j  k  l  m  n  o  p  q  r  s  t  u  v  w  x  y  z 

Soto, Pedro de

de

Ordre religieux : O.P.

Lieux d'activité : Salamanque, Dillingen


Notice biographique
: (Salamanque entre 1494 et 1500 - Trente 1563). Théologien dominicain, confesseur de l'empereur, important théologien conciliaire à Trente. Il étudia la philosophie à Salamanque, y entre en 1518 chez les dominicains, est ordonné prêtre à Tolède. En 1526, il part pour le couvent de Talavera, où il devient prieur, ainsi qu'à Ocaña. En 1541, le chapitre provincial le propose comme Maître de Théologie en même temps que Melchor Cano (il sera élu en 1543). Dès 1542, l'empereur Charles Quint en fait son confesseur, et conseiller pour des affaires religieuses et ecclésiologiques. La même année, il est élu vicaire général pour la province de Germanie, et avec le Père Gabriel de Guzmán (le confesseur de Marie de Franconie), il obtient la paix de Crépy en 1544. Il s'engagea très fortement dans la rénovation des études au sein des couvents de son Ordre, et soutient l'initiative des Jésuites. En 1548, il participe à l'Interim d'Augsbourg, et fonde alors le Collège Saint Jérôme à Dillingen, dans lequel il commence à enseigner et qu'il organise en université. Plus tard (en 1561), il encouragea le transfert de celle-ci aux Jésuites. C'est à Dillingen que ses principales oeuvres théologiques et pastorales voient le jour. En 1552, il dut prendre la fuite face aux troupes de Maurice de Saxe, mais retourne et réouvre l'université en 1554. Il y renconte le cardinal Reginald Pole et est invité en Angleterre sous la Reine Marie, où il enseigne à Oxford en 1555 et s'engage en faveur du rétablissement des monastère. Il est appelé à Bruxelles en 1556 par Charles Quint, refuse d'être nommé cardinal et évêque. Il retourne en Espagne et devint prieur à Talavera. Il fut impliqué dans le procès contre Bartolomé de Carranza, qu'il défendit à Rome, en Espagne et à Trente. En 1561, il est nommé théologien papal pour la dernière session du Concile de Trente. Il y défendit une position thomiste relativement orthodoxe, dans l'esprit de la première génération des dominicains de Salamanque. Il laisse à ce titre divers écrits de controverse contre les protestants. [d'après U.G. Leinsle].


Bibliographie

  • Olmedo, F.G., "Testamento de Fray Pedro de Soto, O.P.", Razon y fe 126 (1942), 141-146
  • Carro, Venancio, El Maestro Fr. Pedro de Soto, O.P. y las controversias politico-teológicas en el siglo XVI, 2 vols, Salamanca, Convento de San Esteban, 1931-1950
  • Canal, M., «El proceso de Fray Bartolomé de Carranza y el P. Pedro de Soto», La Ciencia tomista 20 (1928), 349-359
  • Broggio, Paolo, La teologia e la politica. Controversie dottrinali, Curia romana e Monarchia spagnola tra Cinque e Seicento, Firenze, Leo S. Olschki, 2009, 53-54

Oeuvres imprimées
  • Soto, Pedro de, Assertio catholicae fidei circa articulos confessionis, Coloniae, Ioannes Novesianus, 1555 [München BSB, googlebooks]

 

 

 1944/2242 résultats | 1941  1942  1943  1944  1945  1946  1947  |          
a  b  c  d  e  f  g  h  i  j  k  l  m  n  o  p  q  r  s  t  u  v  w  x  y  z