Ordre religieux
 1834/2242 résultats | 1831  1832  1833  1834  1835  1836  1837  |          
a  b  c  d  e  f  g  h  i  j  k  l  m  n  o  p  q  r  s  t  u  v  w  x  y  z 

Salabert, Jean

Lieux d'activité : Agen


Notice biographique
: (Agen v. 1600-Glandier en Bas Limousin 1665). On sait très peu de la vie de cet auteur, qui a pourtant composé des oeuvres fort originales, sinon qu'il était prêtre à Agen et qu'il passa ensuite dans l'Ordre des Chartreux dans la maison de Glandier en Bas-Limousin. Outre un traité de rhétorique et des écrits de polémique anti-janséniste et anti-calviniste (sous le Ps. de Modestinus Catholicus), c'est surtout sa philosophie des "Nominaux" qui doit retenir notre attention (Bayle le cite dans son Dictionnaire, s.v. Abélard). Dédiée à Gabriel Naudé. Il en écrit l'histoire (inspirée d'Aventinus), et établit que Roscelin n'a pas été le précepteur d'Abélard. Il y prend la défense des nominalistes, notamment contre le jésuite bordelais Jean Martinon, sur la question de la distinction entre les attributs divins et sur les sacrements. De même, il estime que même des jésuites comme Pedro Hurtado de Mendoza et Rodrigo de Arriaga, pourtant réputés nominalistes (p. 129), ne sont pas fidèles aux intuitions des fondateurs de l'école, lui-même suivant une interprétation plus fidèle à Guillaume d'Ockham, Gabriel Biel et Jean Mair ou encore Juan de Celaya. Il prend également défense des nominalistes dans ses écrits sur la grâce, en critiquant l'interprétation faite par Jansénius de Marsile d'Inghen et de Gabriel Biel (Concordia, p. 198 sq.) Hauréau estime qu'Antoine Arnauld connaissait l'opuscule de Salabert, et s'en servit dans sa polémique avec Malebranche au sujet des vraies et des fausses idées. Sa Philosophia nominalium vindicata était en tout cas également lue dans l'Allemagne protestante du XVIIe, puisque Jakob Thomasius la cite régulièrement.


Bibliographie

  • Hauréau, in Dictionnaire des sciences philosophiques, ed. Jules Quicherat (Histoire de Ste-Barbe, collège, communauté, etc., t. 1, 1860, 47); Philippe Tamizey de Larroque, "Questions sur l'écrivain agenais Jean Salabert", Revue de Gascogne 14 (1873), 94-95; Abbé J. Dulac, "Sur Jean Salabert, écrivain agenais", Ibid., 289-290; Jules Andrieu, Bibliographie générale de l'Agenais et des parties du Condomois et du Bazadais incorporées dans le département de Lot-et-Garonne, tome II (Paris-Agen, 1887), 26.

Oeuvres imprimées
  • Les adresses du parfait Raisonnement, où l'on découvre les thrésors de la Logique françoise, et les ruses de plusieurs sophismes (Paris, 1638; 1639).
  • Les Fleurs de la Rhetorique françoise; avec une Conduite pour ceux qui se veulent former à l'éloquence (Paris, 1638; 1639) [volume terminé par un tableau "Figure de la catégorie de la substance, qui apprend à bien diviser toutes choses"].
  • De concordia libertatis et gratiae (Paris, 1651).
  • Philosophia nominalium vindicata (Paris, 1651) [Paris BNF].
  • Oppositions formelles, Paris, Boulanger, 1656 [Paris CSèv 48424/3]; Oppositions formelles entre S. Augustin evesque d'Hyppone et l'Augustin de Jansenius evesque d'Ipre, avec d'autres oppositions formelles entre la pénitence de S. Augustin et celle de Mr. Arnauld, à l'occasion de sa seconde lettre, qui est réfutée en quelques points considérables. Seconde édition,Paris, chez Louis Boulanger, 1666 [Lyon BM].

 

 

 1834/2242 résultats | 1831  1832  1833  1834  1835  1836  1837  |          
a  b  c  d  e  f  g  h  i  j  k  l  m  n  o  p  q  r  s  t  u  v  w  x  y  z