Ordre religieux
 1815/2242 résultats | 1812  1813  1814  1815  1816  1817  1818  |          
a  b  c  d  e  f  g  h  i  j  k  l  m  n  o  p  q  r  s  t  u  v  w  x  y  z 

Ruiz de Montoya, Diego

Ordre religieux : S.J.

Lieux d'activité : Séville


Notice biographique
: (Séville 1562-Séville 1632). Il entre en 1576 dans la Compagnie de Jésus, étudie ensuite la philosophie et la théologie à Cordoue (1578-1584). Il enseigne ensuite la philosophie à Grenade (1585-88), puis la casuistique (1588-90) et la dogmatique à Séville (1591-92), puis à nouveau à Cordoue (1592-94). En 1600, il devient recteur du collège jésuite de Cordoue, et en 1603, il repart à Séville pour enseigner la dogmatique au collège San Hermenegildo, alors un très important centre de formation jésuite (1500 étudiants). D'une santé fragile, il refusa une nouveau poste de recteur, ainsi qu'une place à la prestigieuse université de Salamanque. Il participa à la 6e congrégation générale des jésuites à Rome en 1608, et se mobilisa également contre Jansénius, lorsque celui-ci voyagea en Espagne en 1627 dans l'espoir de se rallier les facultés de théologie contre les jésuites de Louvain. Après 1615, il se consacra entièrement à l'édition de ses nombreux cours et travaux. Ses disputationes ne portent que sur quelques articles de la Summa theologica de Thomas d'Aquin, mais ils sont d'une très grande profondeur et exhaustivité. D'une érudition hors pair, il maîtrise parfaitement les débats médiévaux du XIIIe et du XIVe, ainsi que la patristique qu'il a beaucoup étudiée dans les sources et peut à ce titre être vu comme un précurseur de la méthode de Denis Petau - une réputation que confirmait par exemple encore le jésuite d'Alcala Ignacio Francisco Peinado qui dit de lui : "vir mirandae eruditionis, in Scriptis PP. versatissimus et sedulus illorum mentis indagator" (Disputationes in octo libros Physicorum Aristotelis, Alcala, 1680, p. 259b). A partir des controverses sur la grâce, il fut l'un des premiers à tenter d'élaborer un système entier de théologie naturelle. Son traité De auxiliis a malheureusement été perdu. Il se révèle particulièrement innovateur dans les débats sur la grâce et la prédestination, en développant l'idée d'une "infaillibilité morale", qui généralise le concept d'une "prédétermination morale" développé par des augustins. Ces innovations conceptuelles sont remarquables, car elles constituent la première forme d'une "moralisation des modalités" (nécessité morale, etc.), à côté de leur traitement logique et métaphysique. Avec l'autre grand jésuite sévillan Diego Granado, il développa dans son traité Commentaria ac disputationes in primam partem S. Thomae. De voluntate Dei et propriis actibus eius (Lyon, 1630) une doctrine de l'optimisme théologique, à travers l'idée d'une "nécessité morale pour Dieu de choisir le meilleur des mondes possibles" & hypothèse généralement attribuée à G.W. Leibniz qui ne fit que la populariser. Les doctrines de Ruiz de Montoya n'ont cependant rencontré que de l'hostilité au sein de la Compagnie. Cette théologie sévillane suscité des ripostes tant de la part des molinistes que des thomistes orthodoxes qui s'allient ici en voulant réserver à Dieu la liberté d'indifférence. Il eut cependant une influence inattendue, notamment dans le calvinisme écossais de J. Strang. [apud Sven K. Knebel] Attention à ne pas le confondre avec différents autres Diego Ruiz : d'abord un Diego Ruiz (Gandia 1648-Santiago del Estero, 1716), missionaire au Paraguay et professeur à l'université de Cordoba de Tucuman, qui ne semble pas avoir laissé de manuscrits scolastiques; un autre jésuite andalous, Diego Ruiz Solano (Cordoue 1688-Puerto de Santa Maria 1742), qui a laissé de nombreux manuscrits ; et surtout encore un autre Diego Ruiz andalous (Grenade 1613-?), qui fut professeur de philosophie et de théologie, et recteur d'Osuna, qui a peut être laissé l'un ou l'autre manuscrit (Un De praedestinatione BU Sevilla selon Uriarte, attribué à Ruiz de Montoya par Moore, 189).


Bibliographie

  • F. Cereceda, "La obra 'De auxiliis' del P. Ruiz de Montoya", Estudios Eclesiásticos 14 (1935), 123-131; Estanislao Olivares, "Diego Ruiz de Montoya (1562-1632). Datos biográficos. Sus escritos. Estudios sobre su doctrina. Bibliografía", Archivo Teológico Granadino 49 (1986), 5-118; Sven K. Knebel, "Ruiz de Montoya", Biographisch-Bibliographisches Kirchenlexikon, vol. 8 (1994); Sven K. Knebel, "Necessitas moralis ad optimum (I). Zum historischen Hintergrund der Wahl der besten aller möglichen Welten.", Studia Leibnitiana 23 (1991), 3-24; Id., "Necessitas moralis ad optimum (II). Die früheste scholastische Absage an den Optimismus. Eine unveröffentlichte Handschrift Jorge Hemelmans SJ von 1617", Theologie und Philosophie 67 (1992), 514-535; Sven K. Knebel, Wille, Würfel und Wahrscheinlichkeit. Das System der moralischen Notwendigkeit in der Jesuitenscholastik 1550-1700 (Hamburg, Felix Meiner, 2000), passim.

Oeuvres imprimées
  • Commentaria ac disputationes de scientia Dei, de Ideis, de Veritate ac de vita Dei (Lutetiae Parisiorum, 1629) [Bruxelles KBR; Leuven GBIB].
  • Commentaria ac disputationes in primam partem Sancti Thomae de voluntate Dei et propriis actibus eius (Lugduni, 1630) [Bruxelles KBR; Leuven GBIB].
  • Commentarium in materiam de peccatis, ed. Eduardo Moore, in Archivo Teológico Granadino 59 (1996),171-258 (Ia-IIae, q. 74); 60 (1997), 207-344 (Ia-IIae, q. 74, Disputatio de delectatione morosa); 61 (1998), 193-262 (Ia-IIae, q. 75-78); 62 (1999), 141-236 (Ia-IIae, q. 79); 63 (2000), 203-286 (Ia-IIae, q. 81-83: Tractatus de originali peccato, I). 64 (2001),(Ia-IIae, q. 81-83: Tractatus de originali peccato, II). 65 (2002), 187-276 (Ia-IIae, q. 81-83) : Tractatus de originali peccato

 

 

 1815/2242 résultats | 1812  1813  1814  1815  1816  1817  1818  |          
a  b  c  d  e  f  g  h  i  j  k  l  m  n  o  p  q  r  s  t  u  v  w  x  y  z